20/03/2007

La hague...bis !

Me revoilà à la veille d'une future petite escapade à la Hague, au nord du Cotentin, en Normandie (Département de la Manche)...

  

Lors de mon dernier séjour là-bas, en 2006, j'avais écrit une lettre à Didier Decoin, écrivain célèbre, amoureux de la Hague...mais je n'ai jamais su si elle lui était parvenue...

 

 

C’est la troisième fois que nous venons à la Hague pour une petite semaine… (après avoir essayé la Hougue à St-Vaast). C’est mon épouse (c’est toujours les femmes qui « ressentent » ces choses, n’est-ce pas !) qui a le don de m’emmener dans des endroits charmants… amoureuse de la Bretagne, qu’elle m’a fait aimer, nous l’avons traversée de long en large… puis vint la Hague… superbe « d’atmosphère » !
 
Bon ben ce n’est pas à vous que je dois « faire l’article » comme on dit ! Il y a vraiment « quelque chose » ici !
 
Je me vois encore, il y a quelques jours, revenant de Beaumont où j’avais été relever mes courriels à la piscine, plein soleil puis une montée brutale de la brume de mer… magnifique !
Je me précipitai en voiture dans chaque chemin en face de la cogéma pour suivre (et photographier) l’avancée de
« l’envahisseur »… superbe !
 
Autre péripétie… baie d’Ecalgrain…après une promenade sur les crêtes où nous nous étions remplis d’images bucoliques, j’avais laissé descendre mon épouse vers la plage et suis remonté vers Merquetot pour y récupérer ma voiture.
A mon retour au parking de la baie, je vois mon épouse, au bord de l’eau, me faire de grands signes pour que j’accélère le pas… elle me crie :
«  Viens viiiite, il y a des roussettes vivantes échouées » et de m’expliquer qu’elle a voulu en rejeter une à la mer, en la prenant par la queue mais qu’elle s’est retournée pour la mordre…
elle était impressionnée ! Je me dit : «  Elles doivent être malades ou empoisonnées… ? »
Effectivement, je m’approche des bêtes, dont une de belle taille, près d’un mètre, que je repousse tant bien que mal, avec le pied vers l’eau et remarque un fin filet de sang qui sort de ses branchies… ?…
et ce n’est qu’en regardant les quatre ou cinq autres que « mon franc est tombé » (belgicisme peut-être ?) !… toutes alignées…mais bien sûr, c’est une pêche !
 
Effectivement, en y regardant de plus près, elles avaient toutes un fin fil de nylon qui sortait de leur gueule et qui s’enfonçait dans le sable, le rendant invisible ! Respectant les pêcheurs et les us et coutumes du lieu, j’eu du mal à expliquer à mon épouse la cruauté de ce type de pêche…
Qui plus est qu’il y avait d’autres hameçons « libres » ceux-là, et recouverts d’algues, ce qui rendait dangereuse la promenade pieds nus au bord de l’eau surtout qu’il y avait de jeunes enfants… mais heureusement ils jouaient beaucoup plus loin !

 A peine éloignés d’une centaine de mètres, nous vîmes deux hommes courir, un frigo à la main, venir chercher leurs prises… mais entre-temps, suite à notre intérêt, d’autres passants étaient venus voir et en avaient rejeté quelques une à la mer… (d’après la plaque minéralogique de leur véhicule, les pêcheurs étaient du coin… ? )
 
Rude journée pour mon épouse car le soir même, chez Pascal, à l’auberge de Goury où nous étions attablés près de la cheminée, celui-ci, d’un geste auguste, lança, sans ménagement, un homard « vivant » sur la grille de l'âtre… (heureusement que «ça» ne crie pas !)…
Après quelques torsions, le crustacé se laissa cuire gentiment…
 
Ce fut vraiment un agréable repas… il y a des restos comme ça où il règne un « je ne sais quoi » qui ne vous donne pas l’envie de partir… à force de frotter la côte, le raz doit sans doute y créer une énergie bénéfique… ?
 
et d’essayer à nouveau d’expliquer à ma femme que l’homme est un chasseur etc…etc… bref, une journée de péripéties !
 
Nous sommes, bien entendu, aussi passé à la Roche pour tenter d’y repérer votre maison mais en vain (mais nous ne sommes peut-être pas de bons détectives…)
 
Pour être complet (enfin presque…), le dernier resto visité fut
« la malle aux épices » à Auderville, où nous avions été boire un verre il y a quelques années, en automne, et où nous avions remarqué (enfin, surtout mon épouse…) un pirate/corsaire derrière le bar, ressemblant au premier coup d’œil à un acteur qu’elle apprécie beaucoup, bernard Giraudeau…

Très agréable ambiance aussi (du moins dans la salle du fonds) où nous avons dégusté son « assiette découverte »… tout un voyage sur la route des épices…
 
Mon stylo à bille se calme, j’en profite donc pour vous saluer,  votre dame et vous, et qui sait, on se croisera peut-être une année chez Pascal !
 
Ah ! oui, dernier clin d’œil… dans « votre » livre/photos sur la Hague mis gentiment à notre disposition par notre hôte au gîte que nous louons à Merquetot, tous les qualificatifs « haguais » ont été biffés et corrigés en « haguards » …interrogé, la dame Samson n’a pas pu me répondre car elle n’était pas à l’origine de ces « rectifications » ! Qu’en est-il ?
 
J’ai aussi beaucoup aimé vos allusions au goubelins… laissant un bout de pain le soir sur un muret typique de la région, j’aimais à penser, lorsque je constatais sa disparition le matin, que j’avais nourri un goubelin… et puis, comme disait superbement C.G.Jung «  je préfère le don précieux du doute qui laisse intacte la virginité aux choses qui nous dépassent…» ( c’est en rapport avec la religion qu’il disait cela mais ça n’enlève rien à cette superbe phrase !)
 
J’ai eu difficile à trouver vos coordonnées sur Internet… mon épouse, confiante, m’a suggéré d'envoyer cette missive simplement à la Roche… laissons donc porter cette missive par les vents favorables et compatissants… Si je ne reçois pas d’accusé de réception de votre part, je la ferai suivre via votre éditeur…
 
J’espère ne pas avoir été trop long mais j’avais à cœur de vous envoyer ce « ressenti », cette tranche de vie à Merquetot, dans votre Hague chérie !
 
Bon ben cette lettre a peut-être dû se perdre dans les brumes de la hague...
 
Ah ! j'ai hâte d'être à nouveau là... humant le large, essuyant les embruns, perdu dans des rêveries d'un monde mystérieux...
 
et... je reprends mon petit APN avec moi... de nouvelles (?) vues en perspectives... je suis curieux de découvrir les arachnides du coin... mon dada actuel (http://richardunord6.skynetblogs.be/)
 
à plus tard donc...
Août 2010... Jolie perspective d'une quinzaine à Merquetot début septembre... muni d'appareils photographiques plus performants pour essayer de vous séduire encore !
Nous revisiterons nos "classiques" restaurants... Auberge de Goury compris...snif !... et passerons à Cherbourg pour faire un clin d'oeil au "baroudeur"...

 

  

23:30 Écrit par Richard dans Général | Lien permanent | Commentaires (10) |  Facebook |